Contenu | Menu | Recherche

War doesn't determine who's right, only who's left.

Lancea Sanctum

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 222 pages à couverture rigide.

Description

Ce cinquième supplément de la gamme Requiem est le premier à décrire un Covenant, un groupe de vampires non liés par le sang mais partageant une même conviction ou une même philosophie. En l'occurrence, il s'agit ici de la puissante Lancea Sanctum : un groupe religieux dérivé des croyances monothéistes occidentales et moyen-orientales, et plus particulièrement du catholicisme. Pour planter le décor, sachez que le premier canon des Sanctifiés définit tous les vampires comme des monstres envoyés par Dieu sur Terre afin d'en faire un lieu suffisamment sordide pour pousser l'homme à chercher foi et repentir. Le devoir de chaque disciple est donc de rendre hommage au Créateur en endossant pleinement - et sans remords - son rôle de damné. Ce supplément est divisé en huit parties.

Il débute par une nouvelle de seize pages, Le Service Fidèle, ayant la particularité d'être imprimée sur un papier parcheminé et légèrement cartonné. Suit une introduction de huit pages présentant le thème, l'ambiance et le contenu du livre. Un lexique de deux pages permet de se familiariser avec le vocabulaire et les pratiques étranges - et parfois désuètes - de la faction.

Le premier chapitre, Histoire de la Lancea Sanctum (20 pages), se concentre sur l'histoire du groupe, depuis la naissance de son fondateur "Longinus" et le coup de lance qu'il porta au Christ et ayant causé sa damnation, jusqu'à son récent déclin, en passant par la rédaction du fameux Testament de Longinus ou encore le développement du Covenant au Nouveau Monde. Pour finir, les auteurs dressent un rapide bilan de la situation de la Lancea sur les différents continents.

Le second chapitre, La non-vie dans la Lancea Sanctum (46 pages), aborde le dogme des "Sanctifiés". Y sont présentées toutes les composantes du credo ayant une place centrale dans la vie des disciples : ses préceptes et ses commandements - ceux du "Catéchisme écarlate" - les titres, l'organisation et les nombreux rituels rythmant la vie des fidèles, de la simple prière aux festivités plus sanglantes. Des règles optionnelles, permettant de traduire leurs effets en bonus chiffrés, sont fournies pour chacun de ces derniers. Etant donnée la propension des vampires à ne pas être d'accord entre eux, sont également présentées les principales variantes du dogme - les confessions, pourrait-on dire - et quelques hérésies plus ou moins radicales.

Le troisième chapitre, La Lancea Sanctum et la Danse Macabre (48 pages), traite des relations entretenues par les Sanctifiés avec les autres groupes mais surtout entre eux. Sont passés en revue les méthodes de conversion, le rôle des Neonates, Ancillae et anciens, les différents postes et devoirs incombant à chacun. Ce chapitre permet de mieux saisir les desseins et les tactiques de la Lancea Sanctum.

Le quatrième chapitre, Factions et Lignées (34 pages), apporte un éclairage sur les différents mouvements de pensée divisant le Covenant : les philosophies conservatrices, unificatrices et réformistes sont introduites, avant d'être illustrées par la description de quelques mouvances internes, puis de trois Bloodlines, dont les très influents "Icariens".

Dans la première partie du cinquième chapitre, Disciplines et Rituels, quatre disciplines spécifiques aux bloodlines sus-citées sont détaillées. La seconde moitié traite exclusivement, et ce sur vingt pages, de la Sorcellerie Thébaine, la puissante sorcellerie du sang dont l'enseignement est réservé aux seuls Sanctifiés. Avant la liste des rituels, son histoire, sa nature, son impact, son apprentissage sont abordés en détails.

Terminant ce supplément, un appendice de quatorze pages, Alliés et Adversaires, contient le profil d'une vingtaine de personnages non-joueurs sanctifiés types, du puissant archevêque au nouveau converti.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 7 juillet 2013.

Critiques

Pyromago  

Il y a des suppléments qu'on aborde avec un intérêt limité. Malgré mon enthousiasme pour Vampire, la Lancea Sanctum ne m'emballait pas. Pire : je n'y croyais pas. J'avais du mal à l'envisager, à la cerner. Elle me paraissait caricaturale. Puis j'ai lu.

Oui, j'avais tort. Certes, il ne fut pas évident de saisir le concept et l'ambiance mais une fois l'appât mordu, impossible de le lâcher. La Lancea Sanctum est logique. Avec le recul, je me demande même pourquoi une telle institution n'a pas été développée pour la Mascarade (peut-être fut-ce le cas ?). Le postulat de base est simple : La foi ne meurt pas forcément avec l'étreinte. Au contraire, un vampire croyant sera confronté directement à elle. Inévitablement, il se posera tout un tas de questions existentielles. La Lancea Sanctum est le résultat de deux millénaires de réflexion théologique. L'extension vampirique des religions du livre.

White Wolf aurait pu se contenter d'une institution charitable. Non. Les vampires sont les gardiens du purgatoire terrestre. Résultat : la Lancea Sanctum est ce qui se rapproche le plus, dans l'ambiance, du Sabbat. Un drôle de mélange, au final. Mais absolument cohérent.

LordFFM  

Ce supplément est tout d'abord de grande qualité. Pas de soucis à ce niveau : on en a pour son argent (ou celui des amis qui nous l'offrent...).

Le contenu maintenant. La Lancea Sanctum est sans aucun doute la ligue la plus difficile à appréhender : pas aussi "classique" que l'Invictus, pas aussi "glamour" que l'Ordo Dracul et pas aussi "libre" que le Mouvement Cartien. Quel intérêt alors ? Bien plus qu'on ne le pense.

1 - Les sanctifiés peuvent faire de formidables antagonistes et d'excellents alliés. Ils sont suffisamment impressionnants pour mettre ce qui pourrait manquer de piment dans une partie.

2 - L'écrasante majorité des vampires occidentaux est chrétienne. Que vous le vouliez ou non, découvrir l'existence des vampire peut pousser l'athée le plus extrémiste à s'interroger sur l'existence de Dieu. Les sanctifiés ont toutes les réponses à ces questions. De nombreux damnés assistent aux messes de l'Eglise sans faire partie de la ligue et c'est probablement une part importante de leur requiem.

3 - L'Eglise Sanctifiée est un excellent concept, un des meilleurs que j'ai pu voir dans un JdR. Il permet de donner une nouvelle dimension aux damnés qui deviennent bien plus que des hédonistes paranoïaques. Ceci sans compter sur les centaines d'idées d'intrigues et de situations qui se profilent à chaque page.

Au final : un excellent supplément. Il est probablement aussi utile qu'Invictus pour comprendre la société vampirique.

batronoban  

La Lancea Sanctum symbolise parfaitement l'ambiance du Requiem.

La religion est évidemment une partie importante de la Danse Macabre, de la nature même des vampires qui se posent encore plus de questions métaphysiques que les pauvres mortels.

La Lancea a bâti une église vampirique forte, aidée des Miracles de Thèbes (je les appelle comme ça, je vois pas pourquoi appeler ça Sorcellerie, ça fait pas très chrétien !!).

Les préceptes de Longinus, qui étaient un peu différents à l'époque de Rome (voir Requiem for Rome) sont devenus une excuse écrite et réécrite par ses éveques afin de prendre le pouvoir.

Ce supplément est quasi indispensable pour comprendre l'ambiance du jeu.

Il vous permettra de ne pas tomber dans le piège des PNJ intégristes, fous de Dieu que l'on peut imaginer au départ.

La Ligue a ses divisions, ses dogmes divergeants et une histoire riche.

Le livre est magnifique, le prologue est parcheminé, il met d'ailleurs en scène une figure que j'ai aimé présenter à mes joueurs : Salomon Birch, que vous trouverez décrit dans Immortal Sinners.

Un mauvais point : on se demande quelle est l'équivalent de la Lancea pour les vampires Musulmans ou Juifs. Un essai a été fait dans le supplément Ancient Mysteries, mais il ne m'a pas convaincu.

A prendre en complément : Testament of Longinus, sorti uniquement en PDF.

Critique écrite en septembre 2009.

 

La fournée du bimestre pour Vampire est copieuse. Jugez donc : d'un côté, le premier supplément d'une sous-gamme consacrée aux lignées de sang, décrivant 12 lignées méconnues. De l'autre, le premier supplément des gros tomes consacrés à chacune des cinq ligues expose le Lancea Sanctum, le pôle spirituel et conservateur du Requiem. Copieuse, et réussie, car les deux suppléments sont bons - même si on se languit toujours du New Orleans by Night qui permettra de mettre tout ça un peu en pratique.

Bloodlines : the Hidden fournit aux Conteurs et aux joueurs avides de variété des lignées originales, intéressantes, propres à stimuler l'imagination. Pourtant, elles restent toutes liées aux clans dont elles proviennent, montrant ainsi l'efficacité des cinq grands clans de VtR sur l'équilibre du jeu. Bref, un bon supplément, qui pimentera agréablement une chronique bien avancée.

Lancea Sanctum fait le point, en 220 pages, sur un acteur majeur du monde de Vampire, fournissant à la fois une vision d'ensemble de la ligue, et une description en détail de son fonctionnement. De plus, il présente de façon claire la théologie de la ligue, faisant du Lancea Sanctum un clergé dévoyé bien plus crédible que le Sabbat ne l'était pour La Mascarade. Définitivement le meilleur supplément sorti jusqu4ici, et probablement l'un des incontournables de la gamme.

Philippe Fenot - Casus Belli n°32

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :