Contenu | Menu | Recherche

Fully loaded, safety off. This here’s a recipe for unpleasantness

Monstres de Faerûn

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 96 pages en quadrichromie.

Description

"Monsters of Faerûn" est, comme son nom l'indique, un catalogue de monstres, dédié aux Royaumes Oubliés. Il vient compléter le Manuel des Monstres, dont il emprunte le format de description. Au total, une centaine de créatures sont décrites, depuis le nain sauvage (terreur des jungles) jusqu'aux terribles Phaerimms pleins de dents.

Pour chaque description, outre les caractéristiques de jeu, on trouve une description d'ordre général, une section "Combat" détaillant les capacités spéciales et tactiques de la créature, ainsi qu'une section intitulée "Dans les Royaumes" qui contient les informations permettant d'utiliser la bête dans le contexte des Royaumes Oubliés en livrant des précisions sur leur origine et les endroit où on peut les trouver.

En dehors du catalogue à proprement parler, une introduction présente le format des informations et rappelle ou ajoute quelques points de règles : catégories de monstres, vitesses de déplacement, etc. On trouve en particulier des attaques spéciales et des "particularités" (des pouvoirs spéciaux). Au cours de l'ouvrage, on trouve une classe de prestige pour tyrannoeil : le tyrannoeil mage (ayant perdu son oeil d'anti-magie), de nombreuses espèces de dragons.

Enfin, l'ouvrage se termine sur sept archétypes, qui sont applicables aux créatures précédemment présentées : créature de Xvim, fantôme (imaginez un dragon fantôme !), liche, lycanthrope, réprouvé, revenant et yuan-ti. Pour chaque archétype, on a le profil et les modificateurs, ainsi qu'une description complète avec les même sections que pour les monstres. La dernière page comprend une table des monstres classés par facteur de puissance, ainsi qu'un petit tableau spécifique aux dragons.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 10 octobre 2009.

Critiques

Dark  

Avec un titre pareil, on sait à quoi s'attendre : plein de nouveaux monstres pour embêter ses joueurs. Très bien fait, les "nouvelles" créatures y sont détaillées assez précisément pour être très méchantes, avec l'indispensable noeil noeil, quel magicien se priverait davoir pareil familier à ses côté? Le point noir, ce n'est ni les dessins, ni la relative utilité qu'il peut avoir, c'est son prix : 30 euros les 90 pages...
Cher du monstre quoi.

Dude  

C'est effectivement cher pour 90 pages de monstres, surtout que les derniers suppléments de la gamme, deux fois plus épais, et en couverture rigide sont aux même prix. Ce qu'il n'y a pas vraiment dans les bestiaire "généraux", et apparaient par contre dans ce guide, se sont des informations sur la raison d'être de ces créatures, leurs objectifs généraux, et la façon dont ils voient le monde. Les monstres ne sont donc pas juste une série de caractéristiques, et de paragraphes expliquant leurs dons et talents guerriers particuliers, mais ceux-ci sont également placés dans leur contexte. Mais il est vrai que contrairement au bestiaire de la gamme générale, ce Bestiaire a un contexte, vu qu'il s'agit du Bestiaire de Faerûn.

J'aurai aimé y trouver quelques lignes sur chacunes des créatures du Manuel des Monstres, ayant une importance sur Faerûn, sur leur place dans les royaumes oubliés. A ce titre, certains des Bestiaires d'AD&D deux, sont plus complets et sympathiques que ceux de la dernière édition, et c'est bien dommage.

fairbansky  

Il s'agit là ni plus ni moins que d'un monster manual. Le principal reproche tient à son coût. 30¿ pour 96 pages en couverture souple, c'est cher la page...

Le fond reste de bonne qualité avec un développement plus important de certaines créatures qui le nécessitent (Phaerimms, Sharns etc...) La forme est toujours de bonne qualité : dessins en couleur, quadrichromie.

Le supplément est de bonne qualité, mais à 15 voire 20¿ je dirais allez-y les yeux fermés. A 30¿, c'est excessif.

Le roi kobold  

Un bon manuel de monstres qui a comme principal atout de comporter pour chaque monstre une description de sa place et de son rôle dans Faerun, ce qui est des plus appréciable.

Je trouve que l'autre intérêt de ce livre est de présenter beaucoup de faibles monstres, le plus puissants ne dépassant pas 14 de FP (si l'on ne compte pas les dragons), et pour un MJ qui fait joueur des campagnes où les joueurs commencent à faible niveau c'est vraiment un bon point, il est assez difficile d'échapper au défaut de la surenchère grosbill pour qu'on le signale.

Les monstres sont sympas et cohérents dans l'ensemble, surtout les différentes sortes de morts-vivants liés aux clergés maléfiques.

Cependant le prix est bien trop élevé pour 100 pages et une couverture souple, pour 6 euros de plus on a un manuel de 200 pages à couverture rigide...dommage, ça me force à mettre une note moyenne.

slain.com  

Ma critique sera la même quasiment que pour la Magie de Faerûn.

C'est beau, utile, mais par le seigneur de l'Aube, que c'est cher pour un magazine, 30 euros et après on s'étonne que les éditeurs vendent moins.

En plus les créatures ne sont pas extraordinaires, loin de comme dans Denizen of Darkness. A mon avis, préférez le Manuel des Monstres voire même le manuel des monstres de Sword and Sorcery pour des monstres génériques.

 

Des monstres, des monstres... oui, mais de Faerûn. C'est-à-dire des liches illithids, des araignées porte-épée (si !), des dragons chanteurs (si, si...), des gueules-à-pattes, des sauteurs géants... pour ne parler que du meilleur !

Même si on ne peut pas dire qu'un ajout au Manuel des Monstres soit le supplément indispensable à tout donjonneur, il faut tout de même remarquer que celui-là devient vite très utile si vous voulez colorer Les Royaumes oubliés, faire couleur locale comme on dit. De plus, l'éditeur a raison, " des héros dignes de ce nom se doivent d'affronter des adversaires à leur mesure ! ", et la plupart des bestiaux présentés tiennent la route, mais... car il y a un " mais ", et il est de taille ! Sérieusement, vous mourez d'envie de dépenser autant d'argent pour 96 pages ? En couleurs, il est vrai, mais 96 pages tout de même ! Parce que moi, non ! Je préfère, et de loin, adapter les Casus Master Æden aux Royaumes oubliés, là au moins on se marre, et on transpire vraiment sous sa cotte de mailles.

Sébastien Célerin - Casus Belli n°17

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :