Contenu | Menu | Recherche

War doesn't determine who's right, only who's left.

Montagne de Jeux 2013

Par Jérôme, Le P'tit Timonier

Rubrique : Reportages
Date : 28 février 2013

24 Février 2013, 12h30, le P'tit Timonier arrive sur les lieux du massif nouvellement apparu près de Chambéry, la Montagne de Jeux. Malgré un planning chargé durant ce week-end qui l'a empêché de vivre la convention dans son intégralité, il désire tout même voir de ces yeux cette nouvelle formule d'une des plus vieilles conventions de France.

Habitué des éditions précédentes, votre serviteur se doute que ce dimanche après-midi sera calme : la convention est non-stop, les joueurs se couchent tôt dans la matinée ; seuls les plus vaillants reviennent pour le dernier tour le lendemain. C'est donc agréablement surpris qu'il arrive dans un gymnase bien occupé, avec 5 tables en train de faire jouer : Loup Solitaire, D&D3, Mahamoth... c'est très d20 tout ça ! À côté des tables de jeu, les associations et les boutiques locales ont leur étals, et la compagnie de G.N. défile régulièrement pour s'assurer du bon ordre des lieux.

On me propose une partie de Fiasco pour 14h : c'est inespéré, je ne comptais pas jouer cet après-midi. Une bonne occasion d'essayer ce jeu si controversé. En attendant la partie, je me pose avec Jean-Baptiste Reignier, président du CJDRU Pentacle et Boule de Gnome pour échanger sur l'organisation et les retours reçus.

Tout d'abord, nous abordons la question du changement de nom. Historiquement, la convention s'appelait La Convention des Neiges, mais certaines personnes pensaient qu'il s'agissait d'une bourse aux skis. Le moment du changement de format a été un bon déclencheur pour changer de nom également.

Montagne de Jeux est une sorte de retour aux sources pour la convention. Les premières éditions datent de 1990 et, jusqu'à il y a 10 ans, l'objectif était résolument le JdR. Puis, petit à petit, le plateau et, surtout, la figurine, ont pris de plus en plus de place. Un gros tournoi de Blood Bowl était organisé par l'association Grimgaard , drainant une soixantaine de joueurs à lui tout seul.

Aujourd'hui, le tournoi est son propre événement, et la Montagne de Jeux peut se recentrer sur son activité première, le JdR. « Il n'y a pas de ressentiment envers les figurinistes. Ce sont des activités différentes, mais ils ont fait vivre la convention durant des années, et nous ne serions pas là s'ils n'avaient pas fait le boulot pendant tout ce temps », me confie Jean-Baptiste. Effectivement, les autres jeux de simulations sont les bienvenus : P'tit Jeux, JCC, Figurines, la salle est parsemée de jeux divers.

Le recentrage sur le JdR est aussi l'occasion pour Pentacle et Boule de Gnome de pouvoir accueillir de nouveau dans de bonnes conditions des auteurs de Jeux. Les aléas de la route et des grippes saisonnières ont malheureusement fait que seul Pierre Peccoz, le concepteur de Shade, ait pu se déplacer cette année.

Les retours des participants sont bons : les gens aiment l'ambiance et l'effort de décoration qui a été fait dans la salle, et sont heureux d'avoir de nouveau l'occasion de faire vraiment du Jeu de Rôle. Pour cette relance, l'équipe avait un objectif de 100 joueurs. Sans chiffre précis, l'estimation au moment de mon départ des lieux est plutôt entre 150 et 200 participations, démontrant la viabilité de la convention.

Nous discutons également du CJDRU, le Club qui fait vivre la convention. Constitué d'une trentaine de personnes, avec en moyenne 3 tables jouées par semaines, leur organisation est centrée pour favoriser l'accueil des nouveaux joueurs : pas d'inscriptions à l'avance aux parties, et un système de premier/second choix pour contenter le plus grand nombre. Pour la Montagne de Jeux, ce sont une vingtaine de bénévoles qui ont donné de leur personne pour décorer la salle, s'occuper de la buvette, communiquer, et accueillir les visiteurs. Et comme dit Jean-Baptise, « Faire un événement comme celui là, ça montre aussi la force d'un club, le côté soudé ».

Il finit ses propos par « Il y a vraiment le potentiel pour que ça devienne quelque chose de gros : Chambéry est à 1h de Lyon, Grenoble, et Annecy. On est la preuve qu'il est encore possible de faire un événement rôliste en 2013 à Chambéry ! ».

Les joueurs de Fiasco m'attendent, je m'éclipse alors pour aller les rejoindre, et c'est une partie mi-Fiasco, mi-Polar Base, mi-MangaBoyZ qui débute, pour se finir 300 ans plus tard. Rien que ça, on n'est pas des rigolos, nous, Monsieur !

J'attends l'annonce des résultats de la loterie avec l'anxiété d'avoir gagné un truc dont je ne veux pas dans ma bibliothèque mais, heureusement, je suis grand perdant cette année encore, malgré les 75 lots ! Ma fidèle étoile ne m'a pas lâché ! Je quitte alors la convention pour reprendre mon train, content du moment passé avec les gars savoisiens. À l'année prochaine !

Merci à Jean-Baptiste « on va éviter de raquetter les partenaires » pour son accueil, et à Saladin pour la bonne déconnade dans le Fiasco polaire.