Contenu | Menu | Recherche

Pendant que vous bossez, nous on joue !

FIJ Cannes 2013

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 17 mars 2013

Rapport du droïde d'infiltration T-333. Objet : regroupement d'humanoïdes signalé en bord de mer.

 

Après quelques heures de train et de voiture, arrivée nocturne pour le off : tournois de toutes sortes de jeux à l'espace voisin du palais. Salutations à Toumy, Elise, etc. Brand est déjà en train de pervertir la jeunesse sur Guts et Jai découvre Ryuutama à une table de tournoi. Demain j'aurai en théorie l'APN d'Elise pour faire des photos, car j'ai oublié mon équipement holographique intégré. D'habitude, je n'oublie que d'emmener des piles chargées, ça change.

Le tournoi regroupe 16 MJ et 74 joueurs ce qui est un bon score selon les humanoïdes les plus anciens. Le système est organisé selon une logique numérologique primitive : trois rondes, une par soir plus celle du dimanche AM. 4 jeux de base par soir, un de chacune des catégories classiques : med-fan, historique, contemporain et futuriste plus des jeux d'auteur. Et ça tourne à chaque ronde (logique). Les arbitres sont par équipe de deux, avec une grille de notation. Le vendredi soir, galère des organisateurs sur les percolateurs à café '(apparemment classé matériel stratégique par les formes de vie à base carbone). La sécurité est compréhensive et l'urgence est gérée. Info Sébastien Vicard.

Le lyonnais dénommé Toumy photographie tout ce qui bouge avec un sacré calibre de substitut phallique, et trimbale à la taille un soi-disant truc à lumière tamisé qui ressemble en fait à un très prétentieux préservatif noir et blanc... V. Vandelli vient discuter de nous faire la régie de publicité et il faut lui expliquer pourquoi nous ne sommes pas intéressés. Il est question aussi d'un futur salon parisien. Le Monde du Jeu ne veut pas mourir.

Couché vers une heure, Jai viens agresser ma vertu vers les trois heures du matin, sous un fallacieux prétexte de lit manquant dans la chambre. Levé vers six heure pour aller bouger la bagnole. Le GPS me ramène dessus tout de suite ! Et un parking pas trop cher me tend les bras à dix mètres de là.

J'attends le lever de sa sainteté puis nous tentons en vain de nous connecter sur le wifi de l’hôtel. Petit déjeuner tout à fait correct à l'hôtel et passage en gare pour le wifi, puis on file au soleil vers le palais des festivals. J'attends un badge au soleil, car nous n'en avons qu'un pour deux, et les vigiles sont peu enclins à la clémence.

Grosse discute avec Brand sur les joies de l'édition et de la création en JdR. Il est bien difficile d'être dans les temps, surtout quand tout se ligue contre vous ! Un ancien rôliste vient féliciter le GRoG pour son rôle dans le développement d'une communauté francophone rôliste, et envisage de profiter du salon pour une petite partie de JdR. Séquence nostalgie !

Patrick Simoens passe dire bonjour et causer d'Hervé, du JdR et de faire des fiches. Affaire à suivre. Un orga me prête une clé 4G expérimentale, ce qui nous donne une bonne connexion et me permet d'envoyer une fiche, en oubliant de fournir le scan qui va avec. Et pourtant, je l'avais !

Midi : je pars remettre des sous dans le parcmètre et acheter à manger, ce qui me fait marcher un peu et profiter d'une belle journée, presque chaude. Pas un nuage, ça me change de ces derniers mois. A croire que l'hiver est fini.

Je fais du social, discutant avec Yann le Ludopathe des avantages et inconvénients des sorties par souscriptions. J'en repart avec le souhait d'avoir un seul interlocuteur GRoG pour toutes les news et toutes les gammes Ludopathes. Puis je discute un temps avec la direction bicéphale du 7eme cercle, qui me désigne clairement Solaris comme leur correspondant, y compris pour les sorties à venir.

Je cause un peu également avec Piotr B. de Ludikbazar et Arnaud Cuidet, qui me montre un tirage imprimante du prochain supplément Metal Adventures.

Jai a animé une table de découverte puis disparaît sans laisser de traces... Je ne le revois pas de l'après-midi. Il s'avère qu'il porte haut l'honneur du GRoG en menant un jeu sans l'avoir lu, sans avoir lu le scénario et en réussissant à impressionner l'auteur lui-même. Jai le magnificent a encore frappé ! Et une attestation de l'auteur en fait foi : Jai est une Bimbo de luxe...

Tout ceci concerne un  jeu pas encore sorti, mais qui pourrait bien voir le jour prochainement. Restez à l'écoute, si vous aimez les bimbos surarmées façon Tarantino !

Le secteur jeux vidéo est animé mais fort bruyant. Lan Call of Duty 5 et danse Gangnam style, ajoutez une pincée de jeux anciens ressortis par une association pour faire découvrir et vous avez l'essentiel du secteur.

Secteur jeux de société, j’aperçois Bruno Cathala et échange quelques mots avec Bruno Faidutti.

Le soir le tournoi se poursuit, avec Jai comme arbitre et moi comme couché tôt, fatigue aidant. Notons tout de même que le lendemain matin, je me lève bien plus facilement que mon coéquipier...

Un matelot belge (Etienne Goos) repart pour ses lointaines terres du nord, en promettant de nous revoir à Trolls & Legendes, devant ou derrière le stand GRoG. Nous recevons en tribut de nos alliés locaux deux dés personnalisés Graal 2013.

L’équipe Casus s'est décidément perdue en route. Sans doute parce qu'ils sont en plein bouclage, et cette fois quasiment sans retard, pour le pdf en tout cas. Le stand qui aurait du être le leur, voisin du nôtre, est recyclé avec d'autre intervenants, ou vide, suivant les moments.

Certains racontent de sombres histoires d'éditeurs bourrés cherchant une voiture de la mauvaise couleur, dans le mauvais parking, à point d'heure. Mais il s'agit sûrement de simples médisances... ou pas ! En tout cas, dimanche matin, nombreux sont ceux qui ont déjà les valises sous les yeux, alors qu'il leur reste encore à faire les cartons pour le retour.

Repas avec médisance incluse, ou quand l'équipe de convention du GRoG va à la pizzeria avec Brand, l'homme qui ne dit de mal de personne (en public)... Heureusement que nous sommes en privé. Retour pour les dernières heures, les derniers achats en super promo, les dernières occasions de discuter. Il y a encore beaucoup de monde dans les couloirs, même si certains exposants sont déjà repartis. En face de nous Tric-trac remballe un véritable studio TV dans lequel ils ont fait une série d'interviews tout au long du week-end.

Notre départ se fera vite, et je raccompagne Jai à son train, qui est heureusement en retard de cinq minutes... Mon retour à moi se fait sans problème, si ce n'est une tendance à la somnolence au volant, et un choc thermique à l'arrivée. Le climat méditerranéen n'est pas une légende...

Merci au GRAAL secteur JdR de nous avoir accueilli, et à Elise pour les photos.